Un nouveau projet avec des centres de données sous les océans


Le géant de l'informatique Microsoft, souhaite se faire plaisir en installant des centres de données dans l'océan. C'est un projet qui est dévoilé le lundi 1er février 2016, que je trouve très intéressant et suffisant pour en parler.

Selon le experts ! Le fait de le faire sous l'eau, ça permettra de réduire les coups de refroidissement. Cette méthode amènera aussi d'autres avantages, comme la distance entre les données et les populations.

L'accès aux données sera tout simplement plus rapide, d'autant plus que le centre pourrait fonctionner avec l'énergie des vagues. Il faut savoir qu'un centre de données, dégage de la chaleur équivalant a de milliers d'ordinateurs.

Le centre de données sous l'eau, serait donc une solution. En espérant qu'à force, ça ne réchauffe pas l'eau. L'idée du début est apporté par Seam James (C'est un spécialiste de Microsoft, dans le domaine des centres de données.)

Que puis-je savoir de plus ?


Microsoft avec petit personnage


Seam James explique qu'il est possible de protéger, l'électronique de l'eau salée. Le projet qui est annoncé le 1er février, se nomme Natick. Il y aurait eu un premier test il y a un an de ça, par l'immersion d'un prototype pendant trois mois.

Ils avaient des caméras et des capteurs, pour surveiller le prototype. Le mini-centre données, avait l'équivalent de 300 ordinateur de bureau. Tous les mois, un plongeur faisait une visite pour vérifier le container.

Finalement le container s'est intégré, les animaux marins allaient même dessus. Il vont essayer avec un conteneur plus grand, qui restera au moins 5 ans. Après cette durée, les ordinateurs seront changés.

Je pense de toute façon ! Qu'il faudra trouver de la place. L'explosion des offres cloud puis des services, fait que nous consommons de plus en plus de places. Il faudra bien stocker les informations quelque part.

Si nous pouvons le faire en limitant les dégâts sur l’environnement, ce n'est qu'un plus. Un centre de données, consomme énormément d'énergie. Les grands groupes comme Google, Facebook ou Microsoft... cherchent des solutions.